A ceux qui me répètent qu’on ne peut pas accueillir “toute la misère du monde”.

A ceux qui me répètent qu’on ne peut pas accueillir “toute la misère du monde”.

Vous n’en pouvez plus d’entendre, à chaque fois qu’on parle de l’accompagnement des demandeurs d’asile: “Mais il sont vraiment trop nombreux, non ?”

Source : A ceux qui me répètent qu’on ne peut pas accueillir “toute la misère du monde”.

PARTAGEZ SANS MODération

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Contact