“Quand je faisais une recommandation négative, il la suivait automatiquement évidemment. Et quand je faisais une recommandation positive, alors là, il fallait l’étayer énormément et elle était pas toujours suivie”.Remise en perspective de la différence très artificielle que l’on peut mettre derrière migrant ou réfugié.

Pourquoi est-ce que le réfugié qu’on devrait accueillir serait celui qui risque de mourir pour ces idées plutôt que celui qui risque de mourir de faim ? Pourquoi autant de rejet dans les politiques d’aujourd’hui ?

Podcast – Les idées larges